Dans l’article « quels accords pour accompagner ma mélodie » j’ai expliqué quels sont les accords que vous pouvez utiliser en fonction de la gamme que vous pouvez choisir. Maintenant, passons à l’étape suivante : comment enchainer les accords ?

Vous allez certainement trouver que cet article ressemble diablement à l’article « le rôle des notes dans une gamme ». C’est normal, les notes et les accords suivent quasiment la même logique, ce qui rend les choses encore plus simples à comprendre.

Rappelons que, tout comme les notes,  les accords d’une gamme sont numérotés du premier au dernier, ces numéros sont appelés degrés.

Exemple pour la gamme de Do majeur :

 Les degrés :      I        II         III        IV      V      VI          VII

Les notes     :   Do    Ré        Mi        Fa    Sol    La         Si 

Les accords :   Do    Rém     Mim     Fa    Sol    Lam    (Si diminué) 

 

Quels accords utilisés en priorité ?

 

Si l’on devait classer les accords dans un ordre, ça serait :

  1. 1. L’accord de fondamental, le Ier  degré.
  2. 2. L’accord de dominante, le Vème degré.
  3. 3. L’accord de sous-dominante, le IVème  degré.

Avec ces accords vous devriez pouvoir accompagner n’importe quel morceau. Ce sont les plus utilisés. Mais se restreindre à ces 3 accords ne vous permettra pas de créer une suite d’accord particulièrement subtile (cela dit, il y a d’autres moyens de faire la différence : la mélodie, l’instrumentation…)

Dans ce premier article sur le sujet, je vais parler de ce qu’on appelle les cadences.

 

Qu’est-ce qu’une cadence ?

 

Si une suite d’accord était une phrase, les cadences seraient la ponctuation.

Une cadence est un passage typique d’un accord à un autre qui exprime une émotion bien perceptible.

Voyons les principales cadences :

La cadence parfaite :

C’est le passage de l’accord du Vème degré à l’accord du Ier degré. C’est l’équivalent du point pour une phrase. En effet elle a un effet très conclusif. Quand on l’entend, on a l’impression que la chanson ou le passage est terminé.

Pour l’exemple, c’est le passage de l’accord de Sol majeur vers l’accord de Do majeur.

 

 

 

La cadence plagale :

C’est le passage de l’accord un IVème degré vers le Ier degré. On pourrait aussi dire que c’est l’équivalent du point car il elle donne aussi un sentiment de conclusion, mais légèrement moins fort que la cadence parfaite.

Pour l’exemple, ça serait le passage de l’accord de Fa majeur vers l’accord de Do majeur.

 

 

 

La cadence rompue :

C’est le passage de l’accord du Vème degré vers un accord autre que le Ier degré auquel on s’attend. Cela donne un sentiment de suspension. ça n’est pas fini, on attend autre chose.

Pour l’exemple on peut prendre le passage de l’accord de Sol majeur vers l’accord de Ré mineur.

 

 

 

La demi-cadence :

C’est le passage de n’importe quel accord vers l’accord du Vème degrés. C’est l’équivalent de la virgule dans une phrase, elle donne l’impression d’une pause au milieu du passage avant de continuer.

Pour l’exemple, on peut prendre le passage de l’accord de Ré mineur vers l’accord de Sol majeur.

 

 

 

Conclusion :

Nous venons de voir les enchainements d’accords clés. On  remarque à quel point le Ier  et le Vème degrés jouent un rôle important en musique, celui de la pose et du relâchement de la tension. Pour créer vos enchainements d’accords, n’hésitez pas à utiliser les cadences. Un exemple très classique est de créer une phrase musicale à l’image d’une phase littéraire. Dans une phrase il y a souvent une virgule au milieu de celle-ci et un point à la fin. Pour votre phrase musicale, vous pouvez faire la même chose. Mettez une demi-cadence au milieu et une cadence parfaite à la fin. Voici ce que ça donne :

 

Pour compléter cet article voici une très bonne vidéo de expliquant ce que sont les cadences :

 

Dans la deuxième partie de cet article, j’expliquerai quels accords vont bien entre eux et combien d’accords utiliser.